Affaissement de la Poitrine

Seins Tombants2018-03-19T17:00:48+00:00

CHIRURGIE DE LA PTOSE MAMMAIRE

ptose-mammaire

La ptose mammaire traduit un glissement avec affaissement de la glande et une distension exagérée de l’enveloppe cutanée.

La poitrine est alors trop basse et déshabitée dans sa partie supérieure. Une ptose peut exister d’emblée ou survenir après un amaigrissement important. Le plus souvent, cependant, c’est à la suite des grossesses que le volume mammaire diminue et que la ptose apparaît.

L’intervention a pour but de déplacer l’aréole et le mamelon bas situés, de concentrer la glande et d’obtenir un volume et une forme harmonieuse. La ptose peut être isolée ou associée à une hypertrophie ou à une hypoplasie mammaire qui seront bien entendu également corrigées dans le même temps opératoire.

Principes

Il s’agit d’enlever la peau excédentaire, de concentrer la glande mammaire et de placer l’aréole et le mamelon au milieu du sein remodelé. Les berges de la peau ,suturées, sont à l’origine des cicatrices. Selon l’importance de l’excès cutané la cicatrice sera plus ou moins longue.

breast-ptose1-gd

  • En cas de ptose très importante, la cicatrice à la forme d’un T inversé avec trois composantes : péri-aréolaire au pourtour de l’aréole entre la peau brune et la peau blanche, verticale entre le pôle inférieur de l’aréole et le sillon sous -mammaire, horizontale dissimulée dans le sillon sous mammaire. La longueur de la cicatrice horizontale est proportionnelle à l’importance de la ptose.
  • En cas de ptose modérée, on peut réaliser une méthode dite  » verticale  » qui permet de supprimer la cicatrice transversale.
  • En cas de ptose très modérée, il est possible de laisser uniquement une cicatrice autour de l’aréole.

Lorsque la ptose est associée à une insuffisance de volume, on peut mettre en place une prothèse mammaire. Une grossesse ultérieure est possible. Le risque de survenue d’un cancer n’est pas augmenté par cette intervention.

Avant l’intervention

Le médecin anesthésiste sera vu en consultation et prescrira. Un bilan préopératoire. Une imagerie mammaire (mammographie, échographie) est a prévoir. Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention. . L’arrêt du tabac est recommandé au moins un mois avant et un mois après l’intervention (le tabac peut être à l’origine d’un retard de cicatrisation).

Il s’agit d’une anesthésie générale. Une hospitalisation d’un à deux jours est habituellement suffisante.

En fonction du chirurgien et de l’importance de la ptose, l’intervention peut durer d’une heure trente à deux heures.

Le port d’un soutien-gorge de sport est à prévoir pendant un mois. Les suites opératoires sont peu douloureuses, et bien calmées avec des antidouleurs simples. Un gonflement (œdème) et des ecchymoses (bleus) des seins, ainsi qu’une gêne à l’élévation des bras sont normales. Le premier pansement est retiré avant la sortie et remplacé par un pansement plus léger. Les fils de suture, sont résorbables, seuls les nœuds aux extrémités sont enlevé 15 jours après. La durée de la convalescence est de 7 à 10 jours. La reprise d’une activité sportive est possible entre 1 et 2 mois.

Il s’agit essentiellement des cicatrices: elles prennent un aspect rosé et gonflé au cours des deuxième et troisième mois post-opératoires, puis elles s’estompent progressivement. Elles peuvent parfois demeurer élargies, blanches ou au contraire brunes. Parfois, il peut persister une asymétrie des seins, qu’il s’agisse du volume, de la hauteur, de la taille ou de l’orientation des aréoles. La récidive de la ptose est toujours possible. Dans tous les cas, une correction chirurgicale secondaire peut être faite, mais il convient d’attendre au moins un an.

Il faut distinguer les complications liées à l’anesthésie de celles liées au geste chirurgical. Lors de la consultation préopératoire, le médecin anesthésiste informera des risques anesthésiques. Les complications chirurgicales sont peu fréquentes mais possibles :

  • Le médecin anesthésiste vous informera des risques anesthésiques.
  • Un hématome peut nécessiter un geste d’évacuation.
  • La survenue d’une infection nécessite un traitement antibiotique et parfois un drainage chirurgical. Une nécrose de la peau, peut être responsable d’un retard de cicatrisation.
  • Des altérations de la sensibilité mamelonnaire, peuvent être observées, mais elles sont le plus souvent transitoires.
  • L’évolution des cicatrices peut être défavorable avec la survenue de cicatrices hypertrophiques, voire chéloïdes qui compromettent le résultat esthétique et requièrent des traitements locaux spécifiques souvent longs.

Cette intervention, donne un résultat souvent satisfaisant, même si la rançon cicatricielle reste le principal inconvénient.

Le résultat

breast-ptose2-gd

Il n’est jugé qu’à partir de six mois un an après l’intervention. Il faut attendre l’atténuation des cicatrices et revoir régulièrement votre chirurgien.

Le sein opéré est un sein qui reste naturel et sensible aux variations hormonales ou pondérale