Chirurgie esthétique du ventre

Bodylift 2018-03-19T17:00:47+00:00

 

bodylift-title

Le Bodylift chirurgie esthétique du ventre

Définition et objectifs de la plastie abdominale

Le body lift est une opération destinée à retendre la peau du tiers moyen du corps. La peau en excès du haut du corps est descendue au niveau de l’abdomen, celle du bas du corps est remontée au niveau des cuisses latérales et des fesses, aboutissant à une cicatrice au niveau de la ceinture.

On appelle aussi cette opération : lipectomie circulaire. L’objectif est d’enlever la peau en excès.

Le body lift agit efficacement :

  • en avant, sur le ventre, le pubis et le haut des cuisses
  • en arrière, sur les fesses
  • latéralement, sur les hanches et la culotte de cheval

Principes et indication

bodylift2Une bande de peau de 20-25 cm de hauteur est enlevée tout autour du corps et située au niveau de la ceinture. La cicatrice circulaire qui en résulte, peut paraître importante. L’objectif de cette intervention est d’enlever la peau la plus abîmée et de retendre la peau saine périphérique.

On y associe le plus souvent dans le même temps le traitement des surcharges graisseuses localisées par lipoaspiration et le traitement de la distension des muscles abdominaux.

Il y a encore 10 ans, cette opération était peu pratiquée car considérée comme risquée.

Mais, ces dernières années, la demande a beaucoup augmenté à cause du grand nombre de patients ayant perdu du poids spontanément ou bien par une chirurgie (By Pass, Sleeve gastrectomie).

Avant l’intervention

Une visite avec l’anesthésiste est prévue, il prescrira un bilan préopératoire. Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.

  • L’intervention se déroule sous anesthésie générale.
  • La durée d’hospitalisation varie de 3 à 7 jours en fonction de l’importance de l’intervention.

Marquages préopératoires et Installation

ils sont réalisés en position debout. L’opération

Phase dorsale

la peau excédentaire est ensuite enlevée en bas du dos, au dessus des fesses et latéralement pour retendre la face externe des cuisses. Si les fesses sont plates, le chirurgien peut se servir de la graisse en excès au niveau des hanches qui, descendue, servira à remodeler et augmenter le volume fessier. Aucun drain n’est nécessaire car les vaisseaux lymphatiques sont peu nombreux dans la région et les décollements limités et capitonnés.

Retournement et Phase ventrale

elle est identique à une plastie abdominale classique. Le chirurgien rejoint l’incision postérieure qui sera ainsi en continuité avec l’incision antérieure. Aucun drain n’est nécessaire car les décollements sont limités et capitonnés.

La récupération est un peu plus longue que pour une autre opération en raison de la durée de l’intervention, des surfaces opérées et des quantités enlevées. Le gonflement et les bleus apparaissent rapidement et peuvent être assez intenses de même que la fatigue et les douleurs. Si la fatigue est trop importante une transfusion de sang peut être indiquée. Le port d’une gaine de compression est essentiel pendant un mois pour limiter l’œdème. Le risque de phlébite compliquée d’embolie pul- monaire est très bas grâce aux injections anti-coagulantes et au lever précoce. La cicatrice ne devra pas être exposée au soleil ni aux UV avant 6 mois- 1 an.
Cicatrices disgracieuses et Réapparition de l’excès de peau: La cicatrice, toujours rouge au départ, blanchie en douze à dix-huit mois. Il peut arriver qu’elle s’élargisse ou s’épaississe. Chez les patients qui ont beaucoup maigri et dont la peau a des fibres élastiques en mauvais état il peut y avoir un excédent cutané résiduel.
Le médecin anesthésiste informera le patient des risques anesthésiques. Parmi les complications envisageables, il faut citer :

  • Les accidents thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire) rares mais redoutables. Des mesures préventives rigoureuses doivent en minimiser l’incidence : port de bas anti-thrombose, lever précoce, traitement anti- coagulant.La survenue d’un hématome , peut justifier une ré intervention afin d’éviter une altération du résultat esthétique.
  • Hématomes : ils peuvent nécessiter une évacuation s’ils sont volumineux ou trop douloureux.
  • Épanchement séro-lymphatique abdominal ou latéral : Il peut apparaître quelques jours après l’intervention et peut être ponctionné. Il s’assèche ensuite sans séquelle particulière.
  • La survenue d’une infection en fait peu fréquente, nécessitera un drainage chirurgical et un traitement antibiotique.
  • Les altérations de la sensibilité de la paroi, notamment dans la région sous ombilicale sont fréquentes : la sensibilité normale réapparaît le plus souvent dans un délai de 3 à 12 mois.
  • Nécroses cutanées : bien que rares, elles sont toujours possibles, souvent au niveau du nombril ou des fesses. Elles prolongent la durée des pansements et laissent des cicatrices disgracieuses.

La cicatrice est parfois trop visible, adhérente, voire asymétrique ou ascensionnée. Elle peut, devenir élargie, épaisse, voire chéloïde. Ces imperfections de résultat sont en règle générale accessibles à une retouche chirurgicale sous anesthésie locale.

Le résultat

Il est jugé six mois- un an après l’intervention. Si la cicatrice, s’estompe bien en elle reste visible. Les bodylifts apportent en règle générale à la patiente une amélioration très nette en ce qui concerne le confort et un mieux-être psychologique. Il s’agit cependant d’une chirurgie importante et délicate, pour laquelle la qualité de l’indication et la rigueur du geste opératoire ne mettent pas à l’abri d’imperfections voire de complications.